C’EST LA LUTTE (pour le stand) FINALE…

Non, nous n’allons pas reprendre en chœur le célèbre hymne écrit par Eugène Pottier et mis en musique par Pierre Degeyter. Nous ne sommes plus au début de la décennie avec les « Ligues rouges », qui ont bien jauni leurs comportements depuis, question de soupe ou de brosse à reluire sans aucun doute… Beaucoup plus d’actualité, … Lire la suite C’EST LA LUTTE (pour le stand) FINALE…

DÉBUT DE SAISON

Comme au jour de l’an, le début de la saison sportive est le moment de faire le point, de monter des projets et d’envisager de bonnes résolutions. Nous n’allons pas faillir à cette tradition, regardons donc la communication fédérale (qui a dit que la fédé ne communiquait pas ?). Quoi de mieux alors que de reprendre … Lire la suite DÉBUT DE SAISON

SOURIEZ, VOUS ÊTES FILMÉS, ET VOUS ÊTES AUSSI CIBLÉS !

Il y a quelques semaines, Pierre Delauze vous avait parlé des investissements fédéraux en matière de vidéo surveillance, avec en prime - si nous pouvons ainsi nous exprimer - un éclairage sur les méthodes particulières de décision en usage rue Brunel. Cet article, “Souriez, vous êtes filmés”, a fait un effet certain, aussi bien sur … Lire la suite SOURIEZ, VOUS ÊTES FILMÉS, ET VOUS ÊTES AUSSI CIBLÉS !

LETTRE OUVERTE AUX PRÉSIDENTS : COMMENT TUER LE TIR SPORTIF : 4- NE PAS COMMUNIQUER

Courage, fuyons ! La communication fédérale sur les finances brille par son absence. Pas de position nationale, des comptes rendus de bureau de Ligue (Nord Pas de Calais) qui s’évaporent, des positionnements flous des élus, des informations (volontairement ?) contradictoires, distillées sous le sceau du secret, des documents comptables qui circulent sous le manteau et … Lire la suite LETTRE OUVERTE AUX PRÉSIDENTS : COMMENT TUER LE TIR SPORTIF : 4- NE PAS COMMUNIQUER

Monsieur Bourut,

N'ayant la primeur de vos informations, vous venez nous dire "qui veille qui". Nos circuits sont sélectifs, mais un peu plus lents que les vôtres, n'ayant pas l'oreille du premier cercle. Votre fiel est compréhensible, celui des licenciés a le même goût âcre et n'a que faire de votre pathos, qui serait bien plus inspiré … Lire la suite Monsieur Bourut,